Il y a des histoires qui méritent d’être connues. C’est le cas de celle de Catherine Johnson, Mary Jackson et Dorothy Vaughan, trois scientifiques afro-américaines qui ont réalisé